Nouvelles recettes

Pétillant de durabilité : à la découverte du vin Ferrari dans le nord de l'Italie

Pétillant de durabilité : à la découverte du vin Ferrari dans le nord de l'Italie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Du haut des airs, j'ai contemplé le magnifique paysage. Les vignobles vastes et vallonnés de Trente étaient un spectacle pas comme les autres, en particulier à des milliers de pieds dans les airs.

j'étais venu à la partie nord de l'Italie pour en savoir plus sur la marque de vin mousseux Ferrari et son portefeuille impressionnant, mais d'une manière ou d'une autre, j'étais ici dans un hélicoptère pour un tour incroyable.

Tout en essayant d'être harmonieux tout au long de cette expérience époustouflante, je tenais simultanément mon siège et prenais autant de photos que possible sur mon iPhone. Je suis devenu de plus en plus agité par le fait que l'image sur l'écran de mon téléphone ne ressemblait en rien à la vision exquise qui changeait la vie que je voyais de mes propres yeux.

De retour sur des bases solides, j'ai exploré le vignoble montagneux de la région italienne du Haut-Adige, désormais sous la direction de la troisième génération de la famille Lunelli. J'ai été emmené dans une randonnée à couper le souffle et plutôt ardue dans la campagne par Matteo Lunellii, PDG de la marque Ferrari. Complètement émerveillé par l'interminable rangées de raisins montant verticalement dans le ciel, je me suis retrouvé à écouter attentivement Matteo expliquer l'histoire de l'aventure de sa famille dans l'agriculture durable.

Matteo parlait avec conviction ; quelque chose que vous ne voyez pas tous les jours. Il a expliqué avec passion que l'avenir de la marque de sa famille dépend de leurs efforts pour devenir une organisation durable, non pas en vendant plus de bouteilles de vin mousseux ou en pénétrant une pléthore de nouveaux marchés, mais en étant éthique. La famille prend des mesures pour créer ces changements, en commençant la production de Ferrari Tentodoc obtenir la certification biologique cette année.

En écoutant Matteo parler de leurs efforts, je me suis demandé : qu'est-ce que cela leur rapporte ? Pourquoi une marque reconnue, très recherchée et de renommée mondiale doit-elle se donner autant de mal pour devenir durable ?

La réponse réside vraiment dans l'intégrité de la famille et l'engagement de tous les frères et sœurs et cousins ​​non seulement à bien faire les bénéfices de l'entreprise, mais aussi à bien faire par leurs consommateurs. La famille, qui a acheté l'entreprise d'origine à Giulio Ferrari qui n'avait pas d'héritiers, a compris implicitement ce que signifiait être les intendants de leur terre.

"Nos vignobles ont une certification biologique sans herbicides, pesticides, traitements durables utilisant des méthodes naturelles", a déclaré Matteo Lunelli. À cette fin, la famille pratique ce qu'elle prêche en se concentrant sur des points essentiels succincts pour garantir la durabilité de ses terres, notamment : la fertilité naturelle des sols, la protection de l'environnement, la biodiversité et des conditions de travail saines pour tous leurs employés.

Si la famille s'engageait dans un certain mode de vie, elle serait à fond, et cela signifiait s'assurer que les 500 agriculteurs et plus avec lesquels elle travaille adopteraient également ces techniques pour devenir respectueuses de la biodiversité. Le vigneron en chef, Marcello Lunelli, vit et respire ce mode de vie non seulement pour lui-même, mais pour la famille Lunelli dans son ensemble. « La durabilité est bien plus qu'un processus de production : c'est un mode de vie, une façon de récompenser les montagnes du Trentin qui ont tant donné à l'entreprise au cours du siècle dernier », a-t-il commencé. « Ce long processus vers la certification biologique nous a également fait redécouvrir la grande valeur de la biodiversité, obtenue grâce à une pratique agricole vertueuse ; non seulement des vignobles plus naturels, mais aussi un grand avantage pour l'ensemble du territoire et les personnes qui y travaillent. Nous avons donné à nos agriculteurs une nouvelle et importante motivation : devenir les gardiens de leur propre terre."

L'initiative durable est bien engagée depuis de nombreuses années, à commencer par un partenariat avec la Fondazione Edmund Mach, qui a fait certifier les vignobles par le CSQA, l'un des programmes de certification de qualité alimentaire les plus stricts d'Italie. La famille y a travaillé, puis a trié ses recherches sur l'agriculture biologique, la rentabilité et la manière dont elle s'intègre dans une perspective commerciale globale. Pour les Lunelli, ils ont décidé de s'engager sur la voie de la biodiversité et de la durabilité, et se considèrent aujourd'hui respectueux de la biodiversité.

Le processus pour devenir respectueux de la biodiversité est moins que glamour, mais subtilement romantique en soi. Il y a des normes rigoureuses à respecter, y compris des méthodes qui impliquent l'interdiction complète des herbicides chimiques, des engrais, des tueurs d'acariens et des pesticides. Il va encore plus loin en réintroduisant également des pratiques agronomiques anciennes, couplées à l'utilisation d'engrais verts pour garder leurs terres pures.

Alessandro Lunelli, propriétaire et directeur commercial de la Tenute Lunelli, croit fermement que la famille Lunelli ne possède pas la terre sur laquelle elle récolte les raisins, l'apiculture ou pratique une agriculture durable. Au contraire, ils ne sont que des intendants et rendront la terre aux générations futures. « Nous donnons cette terre à nos enfants. Nous devons le préserver et le corriger », a-t-il expliqué.

Dans son esprit, tout commence par des vignes saines avant tout. Bien sûr, le temps peut être sauvage et imprévisible, mais si les propriétaires fonciers se concentrent sur la santé des vignes, ils peuvent survivre et prospérer même dans les conditions les plus difficiles. « Même si les vignes sont stressées, elles trouveront les nutriments dont elles ont besoin », a-t-il ajouté.


De la fumée s'infiltre dans votre verre : des vins rouges qui sentent la cheminée

photo de Renate Solhaug via Unsplash

C'est cette période de l'année où nous voulons faire un feu, sortir nos chaussettes douillettes et se blottir sous une couverture avec un verre de rouge. Des points supplémentaires si vous en débouchez un dont les caractéristiques imitent en fait celles d'un foyer ou d'un poêle à bois. Si vos goûts ont tendance à pencher vers les bouteilles salées, votre casier ou votre cave vous supplie de découvrir des rouges qui vous permettront de traverser la longue saison à venir.

Qu'entendez-vous par vin « fumé » ?

« Un vin rouge fumé. se compose de personnages uniques et savoureux », explique Daniel Chaviano, chef sommelier du Boulud Sud Miami. « Bien que vous puissiez encore sentir le fruit, il y a certains arômes, comme le bacon, le bœuf. ou du bois. Plutôt que d'être ouvertement fruités ou confiturés, ces vins acquièrent des notes secondaires et tertiaires intrigantes qui ajoutent de la complexité et des nuances.

D'où vient le vin fumé ?

Aucune combinaison de cépage et de terroir n'est plus intrinsèquement liée à la fumée, déclare Matt Tunstall, copropriétaire et directeur des boissons chez Stems & Skins à North Charleston, que la syrah cultivée dans le nord du Rhône. C'est particulièrement vrai à Cornas, Hermitage et Côte Rôtie, où les raisins sont cultivés sur des sols de schiste, de mica et de granit qui participent également à leur profil. (Cette dernière appellation se traduit par « coteau torréfié », une référence aux heures d'ensoleillement que les raisins plantés sur des sols exposés au sud subissent chaque jour pendant la saison de croissance.) Chaviano s'accorde sur l'association automatique avec ces appellations produisant des vins évoquant des éléments charnus et fumés. , ajoutant que c'est une bouteille du vigneron du Rhône E. Guigal qui l'a poussé à éviter les rouges fruités et à privilégier les salés.

Un autre cépage avec ces caractéristiques inhérentes est le pinotage sud-africain, un croisement entre le pinot noir et le cinsault. Kanonkop est l'un des producteurs les plus respectés, et le vigneron Abrie Beeslaar affirme que son expression est le vin de transition parfait pour passer de l'automne à l'hiver. "Bien qu'il soit complexe et riche, il a une structure très différente de la plupart des rouges." Ce soupçon de fumée est rejoint par la mûre, la prune et le chocolat noir et des tanins modérés. « Vous pouvez goûter le soleil africain dans ce vin riche et somptueux, assez pour éliminer le blues de l'hiver », vante-t-il.

Le carménère de raisin rouge caractéristique du Chili, qui a été vinifié à l'origine à Bordeaux, peut également être fumé, une qualité qui, comme pour les cépages similaires, peut être exacerbée par les choix effectués dans la cave, explique Felipe Garcia, le vigneron de P.S. Garcia au Chili. « Les barils à haute chauffe transmettent. des descripteurs typiques comme la fumée, le café et le tabac.

Certaines régions européennes situées à proximité de zones volcaniques, comme l'Etna et Taurasi en Italie ou l'île grecque de Santorin, peuvent produire des vins qui dégagent de la fumée, ce qui peut être lié à des restes de lave dans le sol ou à d'autres facteurs liés au terroir plus difficiles à cerner. .

Bien sûr, des raisons environnementales comme la dévastation qui se produit actuellement en Californie peuvent également jouer un rôle. « [Quand] les raisins [sont] exposés. à un incendie ou au smog, ces odeurs peuvent passer à travers les peaux de raisin et dans la pulpe, où elles se combinent avec les sucres et se retrouvent dans les vins », explique Mario Geisse, ingénieur agronome et œnologue et directeur technique de Viña Casa Silva au Chili .

Le goût de fumée, comme on l'appelle, peut toujours être attrayant dans un vin, c'est-à-dire à petites doses. Alors, quand est-ce que la fumée - peu importe si elle provient d'un feu de raisin, de baril ou de forêt - devient-elle rebutante ? « [C'est] un attribut s'il est doux et ajoute du caractère », estime Garcia. "Quand le fumé domine tous les arômes et toutes les saveurs, alors c'est un défaut." Comme pour les tanins, l'acidité, le fruit et la sensation en bouche, tout est question d'équilibre.

Et si vous n'êtes pas assis au coin du feu avec l'un de ces vins mais à la table de la salle à manger, Geisse les associe à des plats préparés dans la même veine comme le salami fumé, le jambon Serrano ou les viandes séchées au soleil, la truite ou le saumon fumé et l'ensemble prix copieux et lourd par temps frais. "Ces vins ont tendance à avoir moins de fruits, plus d'épices et un plus grand volume en bouche, ce qui génère un sentiment de satiété."

Vins à essayer :

2016 Kanonkop Pinotage (40 $), avec une intensité audacieuse de prune rouge, de fruits rouges, de chocolat noir, de vanille et d'épices douces aromatiques. A boire dès maintenant ou à conserver pendant 5 ans ou plus.

2016 Casa Silva Carménère Vignoble Los Lingues (25 $), des arômes intenses de fruits noirs mûrs et de fruits des bois sauvages sont rejoints par une bouche équilibrée avec une bonne structure, de la puissance, des tanins doux et ronds et des saveurs de baies de Boysen et de tabac.

2014 Alcance Gran Reserva Carménère, (20 $), qui montre des fruits noirs, des bleuets et des épices au nez ainsi que des fruits, de la fumée et des épices en bouche, des tanins élégants et une finale puissante.

2016 Domaine Clusel-Roch « Les Schistes » Côte Rôtie (40 $), élégant mais structuré, avec un nez complexe de fruits noirs, d'épices et de violette qui peut évoluer avec le temps vers le tabac grillé.

2015 Domaine Les Aphillanthes Le Cros (20 $), ce vin AOC Côtes du Rhône Village, bien que produit plus au sud que ses cousins ​​syrah fumés, regorge toujours de ces riches saveurs à un prix surprenant.


De la fumée s'infiltre dans votre verre : des vins rouges qui sentent la cheminée

photo de Renate Solhaug via Unsplash

C'est cette période de l'année où nous voulons faire un feu, sortir nos chaussettes douillettes et se blottir sous une couverture avec un verre de rouge. Des points supplémentaires si vous en débouchez un dont les caractéristiques imitent en fait celles d'un foyer ou d'un poêle à bois. Si vos goûts ont tendance à pencher vers les bouteilles salées, votre casier ou votre cave vous supplie de découvrir des rouges qui vous permettront de traverser la longue saison à venir.

Qu'entendez-vous par vin « fumé » ?

« Un vin rouge fumé. se compose de personnages uniques et savoureux », explique Daniel Chaviano, chef sommelier du Boulud Sud Miami. « Bien que vous puissiez encore sentir le fruit, il y a certains arômes, comme le bacon, le bœuf. ou du bois. Plutôt que d'être ouvertement fruités ou confiturés, ces vins acquièrent des notes secondaires et tertiaires intrigantes qui ajoutent de la complexité et des nuances.

D'où vient le vin fumé ?

Aucune combinaison de cépage et de terroir n'est plus intrinsèquement liée à la fumée, explique Matt Tunstall, copropriétaire et directeur des boissons chez Stems & Skins à North Charleston, que la syrah cultivée dans le nord du Rhône. C'est particulièrement vrai à Cornas, Hermitage et Côte Rôtie, où les raisins sont cultivés sur des sols de schiste, de mica et de granit qui participent également à leur profil. (Cette dernière appellation se traduit par « coteau torréfié », une référence aux heures d'ensoleillement que les raisins plantés sur des sols exposés au sud subissent chaque jour pendant la saison de croissance.) Chaviano s'accorde sur l'association automatique avec ces appellations produisant des vins évoquant des éléments charnus et fumés. , ajoutant que c'est une bouteille du vigneron du Rhône E. Guigal qui l'a poussé à éviter les rouges fruités et à privilégier les salés.

Un autre cépage avec ces caractéristiques inhérentes est le pinotage sud-africain, un croisement entre le pinot noir et le cinsault. Kanonkop est l'un des producteurs les plus respectés, et le vigneron Abrie Beeslaar affirme que son expression est le vin de transition parfait pour passer de l'automne à l'hiver. "Bien qu'il soit complexe et riche, il a une structure très différente de la plupart des rouges." Ce soupçon de fumée est rejoint par la mûre, la prune et le chocolat noir et des tanins modérés. « Vous pouvez goûter le soleil africain dans ce vin riche et somptueux, assez pour éliminer le blues de l'hiver », vante-t-il.

Le carménère de raisin rouge caractéristique du Chili, qui a été vinifié à l'origine à Bordeaux, peut également être fumé, une qualité qui, comme pour les cépages similaires, peut être exacerbée par les choix faits dans la cave, explique Felipe Garcia, le vigneron de P.S. Garcia au Chili. « Les barils à haute chauffe transmettent. des descripteurs typiques comme la fumée, le café et le tabac.

Certaines régions européennes situées à proximité de zones volcaniques, comme l'Etna et Taurasi en Italie ou l'île grecque de Santorin, peuvent produire des vins qui dégagent de la fumée, ce qui peut être lié à des restes de lave dans le sol ou à d'autres facteurs liés au terroir plus difficiles à cerner. .

Bien sûr, des raisons environnementales comme la dévastation qui se produit actuellement en Californie peuvent également jouer un rôle. « [Quand] les raisins [sont] exposés. à un incendie ou au smog, ces odeurs peuvent passer à travers les peaux de raisin et dans la pulpe, où elles se combinent avec les sucres et se retrouvent dans les vins », explique Mario Geisse, ingénieur agronome et œnologue et directeur technique de Viña Casa Silva au Chili .

Le goût de fumée, comme on l'appelle, peut toujours être attrayant dans un vin, c'est-à-dire à petites doses. Alors, quand est-ce que la fumée - peu importe si elle provient du raisin, du tonneau ou d'un feu de forêt - devient-elle rebutante ? "[C'est] un attribut s'il est doux et ajoute du caractère", estime Garcia. "Quand le fumé domine tous les arômes et toutes les saveurs, alors c'est un défaut." Comme pour les tanins, l'acidité, le fruit et la sensation en bouche, tout est question d'équilibre.

Et si vous n'êtes pas assis au coin du feu avec l'un de ces vins mais à la table de la salle à manger, Geisse les associe à des plats préparés dans la même veine comme le salami fumé, le jambon Serrano ou les viandes séchées au soleil, la truite ou le saumon fumé et l'ensemble prix copieux et lourd par temps frais. "Ces vins ont tendance à avoir moins de fruits, plus d'épices et un plus grand volume en bouche, ce qui génère un sentiment de satiété."

Vins à essayer :

2016 Kanonkop Pinotage (40 $), avec une intensité audacieuse de prune rouge, de fruits rouges, de chocolat noir, de vanille et d'épices douces aromatiques. A boire dès maintenant ou à garder en cave pendant plus de 5 ans.

2016 Casa Silva Carménère Vignoble Los Lingues (25 $), des arômes intenses de fruits noirs mûrs et de fruits des bois sauvages sont rejoints par une bouche équilibrée avec une bonne structure, de la puissance, des tanins doux et ronds et des saveurs de baies de Boysen et de tabac.

2014 Alcance Gran Reserva Carménère, (20 $), qui montre des fruits noirs, des bleuets et des épices au nez ainsi que des fruits, de la fumée et des épices en bouche, des tanins élégants et une finale puissante.

2016 Domaine Clusel-Roch « Les Schistes » Côte Rôtie (40 $), élégant mais structuré, avec un nez complexe de fruits noirs, d'épices et de violette qui peut évoluer avec le temps vers le tabac grillé.

2015 Domaine Les Aphillanthes Le Cros (20 $), ce vin AOC Côtes du Rhône Village, bien que produit plus au sud que ses cousins ​​syrah fumés, regorge toujours de ces riches saveurs à un prix surprenant.


De la fumée s'infiltre dans votre verre : des vins rouges qui sentent la cheminée

photo de Renate Solhaug via Unsplash

C'est cette période de l'année où nous voulons faire un feu, sortir nos chaussettes douillettes et se blottir sous une couverture avec un verre de rouge. Des points supplémentaires si vous en débouchez un dont les caractéristiques imitent en fait celles d'un foyer ou d'un poêle à bois. Si vos goûts ont tendance à pencher vers les bouteilles salées, votre casier ou votre cave vous supplie de découvrir des rouges qui vous permettront de traverser la longue saison à venir.

Qu'entendez-vous par vin « fumé » ?

« Un vin rouge fumé. se compose de personnages uniques et savoureux », explique Daniel Chaviano, chef sommelier du Boulud Sud Miami. « Bien que vous puissiez encore sentir le fruit, il y a certains arômes, comme le bacon, le bœuf. ou du bois. Plutôt que d'être ouvertement fruités ou confiturés, ces vins acquièrent des notes secondaires et tertiaires intrigantes qui ajoutent de la complexité et des nuances.

D'où vient le vin fumé ?

Aucune combinaison de cépage et de terroir n'est plus intrinsèquement liée à la fumée, explique Matt Tunstall, copropriétaire et directeur des boissons chez Stems & Skins à North Charleston, que la syrah cultivée dans le nord du Rhône. C'est particulièrement vrai à Cornas, Hermitage et Côte Rôtie, où les raisins sont cultivés sur des sols de schiste, de mica et de granit qui participent également à leur profil. (Cette dernière appellation se traduit par « coteau torréfié », une référence aux heures d'ensoleillement que les raisins plantés sur des sols exposés au sud subissent chaque jour pendant la saison de croissance.) Chaviano s'accorde sur l'association automatique avec ces appellations produisant des vins évoquant des éléments charnus et fumés. , ajoutant que c'est une bouteille du vigneron du Rhône E. Guigal qui l'a poussé à éviter les rouges fruités et à privilégier les salés.

Un autre cépage avec ces caractéristiques inhérentes est le pinotage sud-africain, un croisement entre le pinot noir et le cinsault. Kanonkop est l'un des producteurs les plus respectés, et le vigneron Abrie Beeslaar affirme que son expression est le vin de transition parfait pour passer de l'automne à l'hiver. "Bien qu'il soit complexe et riche, il a une structure très différente de la plupart des rouges." Ce soupçon de fumée est rejoint par la mûre, la prune et le chocolat noir et des tanins modérés. « Vous pouvez goûter le soleil africain dans ce vin riche et somptueux, assez pour éliminer le blues de l'hiver », vante-t-il.

Le carménère de raisin rouge caractéristique du Chili, qui a été vinifié à l'origine à Bordeaux, peut également être fumé, une qualité qui, comme pour les cépages similaires, peut être exacerbée par les choix faits dans la cave, explique Felipe Garcia, le vigneron de P.S. Garcia au Chili. « Les barils à haute chauffe transmettent. des descripteurs typiques comme la fumée, le café et le tabac.

Certaines régions européennes situées à proximité de zones volcaniques, comme l'Etna et Taurasi en Italie ou l'île grecque de Santorin, peuvent produire des vins qui dégagent de la fumée, ce qui peut être lié à des restes de lave dans le sol ou à d'autres facteurs liés au terroir plus difficiles à cerner. .

Bien sûr, des raisons environnementales comme la dévastation qui se produit actuellement en Californie peuvent également jouer un rôle. « [Quand] les raisins [sont] exposés. à un incendie ou au smog, ces odeurs peuvent passer à travers les peaux de raisin et dans la pulpe, où elles se combinent avec les sucres et se retrouvent dans les vins », explique Mario Geisse, ingénieur agronome et œnologue et directeur technique de Viña Casa Silva au Chili .

Le goût de fumée, comme on l'appelle, peut toujours être attrayant dans un vin, c'est-à-dire à petites doses. Alors, quand est-ce que la fumée - peu importe si elle provient d'un feu de raisin, de baril ou de forêt - devient-elle rebutante ? "[C'est] un attribut s'il est doux et ajoute du caractère", estime Garcia. "Quand le fumé domine tous les arômes et toutes les saveurs, alors c'est un défaut." Comme pour les tanins, l'acidité, le fruit et la sensation en bouche, tout est question d'équilibre.

Et si vous n'êtes pas assis au coin du feu avec l'un de ces vins mais à la table de la salle à manger, Geisse les associe à des plats préparés dans la même veine comme le salami fumé, le jambon Serrano ou les viandes séchées au soleil, la truite ou le saumon fumé et l'ensemble prix copieux et lourd par temps frais. "Ces vins ont tendance à avoir moins de fruits, plus d'épices et un plus grand volume en bouche, ce qui génère un sentiment de satiété."

Vins à essayer :

2016 Kanonkop Pinotage (40 $), avec une intensité audacieuse de prune rouge, de fruits rouges, de chocolat noir, de vanille et d'épices douces aromatiques. A boire dès maintenant ou à garder en cave pendant plus de 5 ans.

2016 Casa Silva Carménère Vignoble Los Lingues (25 $), des arômes intenses de fruits noirs mûrs et de fruits des bois sauvages sont rejoints par une bouche équilibrée avec une bonne structure, de la puissance, des tanins doux et ronds et des saveurs de baies de Boysen et de tabac.

2014 Alcance Gran Reserva Carménère, (20 $), qui montre des fruits noirs, des bleuets et des épices au nez ainsi que des fruits, de la fumée et des épices en bouche, des tanins élégants et une finale puissante.

2016 Domaine Clusel-Roch « Les Schistes » Côte Rôtie (40 $), élégant mais structuré, avec un nez complexe de fruits noirs, d'épices et de violette qui peut évoluer avec le temps vers le tabac grillé.

2015 Domaine Les Aphillanthes Le Cros (20 $), ce vin AOC Côtes du Rhône Village, bien que produit plus au sud que ses cousins ​​syrah fumés, regorge toujours de ces riches saveurs à un prix surprenant.


De la fumée s'infiltre dans votre verre : des vins rouges qui sentent la cheminée

photo de Renate Solhaug via Unsplash

C'est cette période de l'année où nous voulons faire un feu, sortir nos chaussettes douillettes et se blottir sous une couverture avec un verre de rouge. Des points supplémentaires si vous en débouchez un dont les caractéristiques imitent en fait celles d'un foyer ou d'un poêle à bois. Si vos goûts ont tendance à pencher vers les bouteilles salées, votre casier ou votre cave vous supplie de découvrir des rouges qui vous permettront de traverser la longue saison à venir.

Qu'entendez-vous par vin « fumé » ?

« Un vin rouge fumé. se compose de personnages uniques et savoureux », explique Daniel Chaviano, chef sommelier du Boulud Sud Miami. « Bien que vous puissiez encore sentir le fruit, il y a certains arômes, comme le bacon, le bœuf. ou du bois. Plutôt que d'être ouvertement fruités ou confiturés, ces vins acquièrent des notes secondaires et tertiaires intrigantes qui ajoutent de la complexité et des nuances.

D'où vient le vin fumé ?

Aucune combinaison de cépage et de terroir n'est plus intrinsèquement liée à la fumée, explique Matt Tunstall, copropriétaire et directeur des boissons chez Stems & Skins à North Charleston, que la syrah cultivée dans le nord du Rhône. C'est particulièrement vrai à Cornas, Hermitage et Côte Rôtie, où les raisins sont cultivés sur des sols de schiste, de mica et de granit qui participent également à leur profil. (Cette dernière appellation se traduit par « coteau torréfié », une référence aux heures d'ensoleillement que les raisins plantés sur des sols exposés au sud subissent chaque jour pendant la saison de croissance.) Chaviano s'accorde sur l'association automatique avec ces appellations produisant des vins évoquant des éléments charnus et fumés. , ajoutant que c'est une bouteille du vigneron du Rhône E. Guigal qui l'a poussé à éviter les rouges fruités et à privilégier les salés.

Un autre cépage avec ces caractéristiques inhérentes est le pinotage sud-africain, un croisement entre le pinot noir et le cinsault. Kanonkop est l'un des producteurs les plus respectés, et le vigneron Abrie Beeslaar affirme que son expression est le vin de transition parfait pour passer de l'automne à l'hiver. "Bien qu'il soit complexe et riche, il a une structure très différente de la plupart des rouges." Ce soupçon de fumée est rejoint par la mûre, la prune et le chocolat noir et des tanins modérés. « Vous pouvez goûter le soleil africain dans ce vin riche et somptueux, assez pour éliminer le blues de l'hiver », vante-t-il.

Le carménère de raisin rouge caractéristique du Chili, qui a été vinifié à l'origine à Bordeaux, peut également être fumé, une qualité qui, comme pour les cépages similaires, peut être exacerbée par les choix effectués dans la cave, explique Felipe Garcia, le vigneron de P.S. Garcia au Chili. « Les barils à haute chauffe transmettent. des descripteurs typiques comme la fumée, le café et le tabac.

Certaines régions européennes situées à proximité de zones volcaniques, comme l'Etna et Taurasi en Italie ou l'île grecque de Santorin, peuvent produire des vins qui dégagent de la fumée, ce qui peut être lié à des restes de lave dans le sol ou à d'autres facteurs liés au terroir plus difficiles à cerner. .

Bien sûr, des raisons environnementales comme la dévastation qui se produit actuellement en Californie peuvent également jouer un rôle. « [Quand] les raisins [sont] exposés. à un incendie ou au smog, ces odeurs peuvent passer à travers les peaux de raisin et dans la pulpe, où elles se combinent avec les sucres et se retrouvent dans les vins », explique Mario Geisse, ingénieur agronome et œnologue et directeur technique de Viña Casa Silva au Chili .

Le goût de fumée, comme on l'appelle, peut toujours être attrayant dans un vin, c'est-à-dire à petites doses. Alors, quand est-ce que la fumée - peu importe si elle provient du raisin, du tonneau ou d'un feu de forêt - devient-elle rebutante ? "[C'est] un attribut s'il est doux et ajoute du caractère", estime Garcia. "Quand le fumé domine tous les arômes et toutes les saveurs, alors c'est un défaut." Comme pour les tanins, l'acidité, le fruit et la sensation en bouche, tout est question d'équilibre.

Et si vous n'êtes pas assis au coin du feu avec l'un de ces vins mais à la table de la salle à manger, Geisse les associe à des plats préparés dans la même veine comme le salami fumé, le jambon Serrano ou les viandes séchées au soleil, la truite ou le saumon fumé et l'ensemble prix copieux et lourd par temps frais. "Ces vins ont tendance à avoir moins de fruits, plus d'épices et un plus grand volume en bouche, ce qui génère un sentiment de satiété."

Vins à essayer :

2016 Kanonkop Pinotage (40 $), avec une intensité audacieuse de prune rouge, de fruits rouges, de chocolat noir, de vanille et d'épices douces aromatiques. A boire dès maintenant ou à conserver pendant 5 ans ou plus.

2016 Casa Silva Carménère Vignoble Los Lingues (25 $), des arômes intenses de fruits noirs mûrs et de fruits des bois sauvages sont rejoints par une bouche équilibrée avec une bonne structure, de la puissance, des tanins doux et ronds et des saveurs de baies de Boysen et de tabac.

2014 Alcance Gran Reserva Carménère, (20 $), qui montre des fruits noirs, des bleuets et des épices au nez ainsi que des fruits, de la fumée et des épices en bouche, des tanins élégants et une finale puissante.

2016 Domaine Clusel-Roch « Les Schistes » Côte Rôtie (40 $), élégant mais structuré, avec un nez complexe de fruits noirs, d'épices et de violette qui peut évoluer avec le temps vers le tabac grillé.

2015 Domaine Les Aphillanthes Le Cros (20 $), ce vin AOC Côtes du Rhône Village, bien que produit plus au sud que ses cousins ​​syrah fumés, regorge toujours de ces riches saveurs à un prix surprenant.


De la fumée s'infiltre dans votre verre : des vins rouges qui sentent la cheminée

photo de Renate Solhaug via Unsplash

C'est cette période de l'année où nous voulons faire un feu, sortir nos chaussettes douillettes et se blottir sous une couverture avec un verre de rouge. Des points supplémentaires si vous en débouchez un dont les caractéristiques imitent en fait celles d'un foyer ou d'un poêle à bois. Si vos goûts ont tendance à pencher vers les bouteilles salées, votre casier ou votre cave vous supplie de découvrir des rouges qui vous permettront de traverser la longue saison à venir.

Qu'entendez-vous par vin « fumé » ?

« Un vin rouge fumé. se compose de personnages uniques et savoureux », explique Daniel Chaviano, chef sommelier du Boulud Sud Miami. « Bien que vous puissiez encore sentir le fruit, il y a certains arômes, comme le bacon, le bœuf. ou du bois. Plutôt que d'être ouvertement fruités ou confiturés, ces vins acquièrent des notes secondaires et tertiaires intrigantes qui ajoutent de la complexité et des nuances.

D'où vient le vin fumé ?

Aucune combinaison de cépage et de terroir n'est plus intrinsèquement liée à la fumée, déclare Matt Tunstall, copropriétaire et directeur des boissons chez Stems & Skins à North Charleston, que la syrah cultivée dans le nord du Rhône. C'est particulièrement vrai à Cornas, Hermitage et Côte Rôtie, où les raisins sont cultivés sur des sols de schiste, de mica et de granit qui participent également à leur profil. (Cette dernière appellation se traduit par « coteau torréfié », une référence aux heures d'ensoleillement que les raisins plantés sur des sols exposés au sud subissent chaque jour pendant la saison de croissance.) Chaviano s'accorde sur l'association automatique avec ces appellations produisant des vins évoquant des éléments charnus et fumés. , ajoutant que c'est une bouteille du vigneron du Rhône E. Guigal qui l'a poussé à éviter les rouges fruités et à privilégier les salés.

Un autre cépage avec ces caractéristiques inhérentes est le pinotage sud-africain, un croisement entre le pinot noir et le cinsault. Kanonkop est l'un des producteurs les plus respectés, et le vigneron Abrie Beeslaar affirme que son expression est le vin de transition parfait pour passer de l'automne à l'hiver. "Bien qu'il soit complexe et riche, il a une structure très différente de la plupart des rouges." Ce soupçon de fumée est rejoint par la mûre, la prune et le chocolat noir et des tanins modérés. « Vous pouvez goûter le soleil africain dans ce vin riche et somptueux, assez pour éliminer le blues de l'hiver », vante-t-il.

Le carménère de raisin rouge caractéristique du Chili, qui a été vinifié à l'origine à Bordeaux, peut également être fumé, une qualité qui, comme pour les cépages similaires, peut être exacerbée par les choix effectués dans la cave, explique Felipe Garcia, le vigneron de P.S. Garcia au Chili. « Les barils à haute chauffe transmettent. des descripteurs typiques comme la fumée, le café et le tabac.

Certaines régions européennes situées à proximité de zones volcaniques, comme l'Etna et Taurasi en Italie ou l'île grecque de Santorin, peuvent produire des vins qui dégagent de la fumée, ce qui peut être lié à des restes de lave dans le sol ou à d'autres facteurs liés au terroir plus difficiles à cerner. .

Bien sûr, des raisons environnementales comme la dévastation qui se produit actuellement en Californie peuvent également jouer un rôle. « [Quand] les raisins [sont] exposés. à un incendie ou au smog, ces odeurs peuvent passer à travers les peaux de raisin et dans la pulpe, où elles se combinent avec les sucres et se retrouvent dans les vins », explique Mario Geisse, ingénieur agronome et œnologue et directeur technique de Viña Casa Silva au Chili .

Le goût de fumée, comme on l'appelle, peut toujours être attrayant dans un vin, c'est-à-dire à petites doses. Alors, quand est-ce que la fumée - peu importe si elle provient d'un feu de raisin, de baril ou de forêt - devient-elle rebutante ? « [C'est] un attribut s'il est doux et ajoute du caractère », estime Garcia. « Quand le fumé domine tous les arômes et toutes les saveurs, alors c'est un défaut. » Comme pour les tanins, l'acidité, le fruit et la sensation en bouche, tout est question d'équilibre.

Et si vous n'êtes pas assis au coin du feu avec l'un de ces vins mais à la table de la salle à manger, Geisse les associe à des plats préparés dans la même veine comme le salami fumé, le jambon Serrano ou les viandes séchées, la truite ou le saumon fumé et en général prix copieux et lourd par temps frais. "Ces vins ont tendance à avoir moins de fruits, plus d'épices et un plus grand volume en bouche, ce qui génère un sentiment de satiété."

Vins à essayer :

2016 Kanonkop Pinotage (40 $), avec une intensité audacieuse de prune rouge, de fruits rouges, de chocolat noir, de vanille et d'épices douces aromatiques. A boire dès maintenant ou à garder en cave pendant plus de 5 ans.

2016 Casa Silva Carménère Vignoble Los Lingues ($25), intense aromas of ripe black fruits and wild forest fruits are joined by a balanced palate with good structure, power, sweet and round tannins and flavors of boysenberries and tobacco.

2014 Alcance Gran Reserva Carménère, ($20), which shows black fruits, blueberries and spice on the nose as well as fruit, smoke and spice on the palate, elegant tannins and a powerful finish.

2016 Domaine Clusel-Roch “Les Schistes” Cote Rotie ($40), elegant yet structured, with a complex nose of black fruits, spices and violets that can evolve over time to toasted tobacco.

2015 Domaine Les Aphillanthes Le Cros ($20), this Cotes du Rhône Village AOC wine, though produced farther south than its smoky syrah cousins, still packs many of those rich flavors at a surprising bargain.


Smoke Gets in Your Glass: Red Wines That Have a Whiff of Fireplace

photo by Renate Solhaug via Unsplash

It’s that time of year where we want to build a fire, dig out our cozy socks and curl up under a blanket with a glass of red. Extra points if you uncork one whose characteristics actually mimic those of a fire box or wood burning stove. If your tastes tend to lean towards savory bottles, your rack or cellar is begging for you to discover reds that will see you through the long season ahead.

What do you mean by “smoky” wine?

“A smoky red wine. consists of unique, savory characters,” says Daniel Chaviano, head sommelier at Boulud Sud Miami. “While you can still smell the fruit, there are certain aromas—like bacon, beef. or wood.” Rather than being overtly fruity or jammy, these wines pick up intriguing secondary and tertiary notes that add complexity and nuance.

Where does smoky wine come from?

No varietal and terroir combination is more intrinsically linked to smokiness, says Matt Tunstall, co-owner and beverage director at Stems & Skins in North Charleston, than syrah grown in the Northern Rhône. This is especially true in Cornas, Hermitage and Côte Rôtie, where grapes are grown on soils of schist, mica and granite which also play part in their profile. (The latter appellation translates to “roasted slope,” a reference to the hours of sunshine grapes planted on south facing soils undergo each day during the growing season.) Chaviano agrees on the automatic association with these appellations producing wines evocative of meaty and smoky elements, adding that it was a bottle from Rhône winemaker E. Guigal that stirred him to eschew fruity reds and reach for savory ones instead.

Another varietal with these inherent characteristics is South African pinotage, a cross between pinot noir and cinsault. Kanonkop is one of the most respected producers, and winemaker Abrie Beeslaar says his expression is the perfect transition wine to ease from fall to winter. “Although it is complex and rich, it has a very different structure to most reds.” That hint of smokiness is joined by blackberry, plum and dark chocolate and moderate tannins. “You can taste the African sun in this rich and plush wine, enough to take the winter blues away,” he touts.

Chile’s signature red grape carménère, which originally was vinified in Bordeaux, can also be smoky, a quality that—as with similar varietals—can be exacerbated by choices made in the cellar, says Felipe Garcia, the winemaker for P.S. Garcia in Chile. “High toast barrels impart. typical descriptors like smoke, coffee and tobacco.”

Some European regions located close to volcanic areas—like Etna and Taurasi in Italy or the Greek island of Santorini—can produce wines that give off smokiness, which may be linked to lava remnants in the soil or other terroir-driven factors more difficult to pinpoint.

Of course, environmental reasons like the devastation currently happening in California can play a part, too. “[When] grapes [are] exposed. to a fire or smog, those smells can pass through the grape skins and into the pulp, where they combine with the sugars and turn up in the wines,” explains Mario Geisse, agricultural engineer and enologist and technical director for Viña Casa Silva in Chile.

Smoke taint, as it’s called, can still be attractive in a wine—that is, in small doses. So when does smokiness—no matter if it’s gleaned from grape, barrel or forest fire—become off-putting? “[It’s] an attribute if it’s gentle and adds character,” believes Garcia. “When the smokiness dominates all aromas and flavors, then it’s a fault.” As with tannins, acidity, fruit and mouth feel, it’s all about balance.

And if you aren’t sitting by the fireplace with one of these wines but at the dining room table, Geisse partners them with dishes made in a similar vein like smoked salami, Serrano ham or sun-dried meats, smoked trout or salmon and overall hearty, heavy cool weather fare. “These wines tend to have less fruit, more spice and greater volume on the palate, which generates a sense of satiety.”

Wines to try:

2016 Kanonkop Pinotage ($40), with a bold intensity of red plum, red berries, dark chocolate, vanilla and aromatic sweet spice. Drink now or cellar for 5+ years.

2016 Casa Silva Carménère Los Lingues Vineyard ($25), intense aromas of ripe black fruits and wild forest fruits are joined by a balanced palate with good structure, power, sweet and round tannins and flavors of boysenberries and tobacco.

2014 Alcance Gran Reserva Carménère, ($20), which shows black fruits, blueberries and spice on the nose as well as fruit, smoke and spice on the palate, elegant tannins and a powerful finish.

2016 Domaine Clusel-Roch “Les Schistes” Cote Rotie ($40), elegant yet structured, with a complex nose of black fruits, spices and violets that can evolve over time to toasted tobacco.

2015 Domaine Les Aphillanthes Le Cros ($20), this Cotes du Rhône Village AOC wine, though produced farther south than its smoky syrah cousins, still packs many of those rich flavors at a surprising bargain.


Smoke Gets in Your Glass: Red Wines That Have a Whiff of Fireplace

photo by Renate Solhaug via Unsplash

It’s that time of year where we want to build a fire, dig out our cozy socks and curl up under a blanket with a glass of red. Extra points if you uncork one whose characteristics actually mimic those of a fire box or wood burning stove. If your tastes tend to lean towards savory bottles, your rack or cellar is begging for you to discover reds that will see you through the long season ahead.

What do you mean by “smoky” wine?

“A smoky red wine. consists of unique, savory characters,” says Daniel Chaviano, head sommelier at Boulud Sud Miami. “While you can still smell the fruit, there are certain aromas—like bacon, beef. or wood.” Rather than being overtly fruity or jammy, these wines pick up intriguing secondary and tertiary notes that add complexity and nuance.

Where does smoky wine come from?

No varietal and terroir combination is more intrinsically linked to smokiness, says Matt Tunstall, co-owner and beverage director at Stems & Skins in North Charleston, than syrah grown in the Northern Rhône. This is especially true in Cornas, Hermitage and Côte Rôtie, where grapes are grown on soils of schist, mica and granite which also play part in their profile. (The latter appellation translates to “roasted slope,” a reference to the hours of sunshine grapes planted on south facing soils undergo each day during the growing season.) Chaviano agrees on the automatic association with these appellations producing wines evocative of meaty and smoky elements, adding that it was a bottle from Rhône winemaker E. Guigal that stirred him to eschew fruity reds and reach for savory ones instead.

Another varietal with these inherent characteristics is South African pinotage, a cross between pinot noir and cinsault. Kanonkop is one of the most respected producers, and winemaker Abrie Beeslaar says his expression is the perfect transition wine to ease from fall to winter. “Although it is complex and rich, it has a very different structure to most reds.” That hint of smokiness is joined by blackberry, plum and dark chocolate and moderate tannins. “You can taste the African sun in this rich and plush wine, enough to take the winter blues away,” he touts.

Chile’s signature red grape carménère, which originally was vinified in Bordeaux, can also be smoky, a quality that—as with similar varietals—can be exacerbated by choices made in the cellar, says Felipe Garcia, the winemaker for P.S. Garcia in Chile. “High toast barrels impart. typical descriptors like smoke, coffee and tobacco.”

Some European regions located close to volcanic areas—like Etna and Taurasi in Italy or the Greek island of Santorini—can produce wines that give off smokiness, which may be linked to lava remnants in the soil or other terroir-driven factors more difficult to pinpoint.

Of course, environmental reasons like the devastation currently happening in California can play a part, too. “[When] grapes [are] exposed. to a fire or smog, those smells can pass through the grape skins and into the pulp, where they combine with the sugars and turn up in the wines,” explains Mario Geisse, agricultural engineer and enologist and technical director for Viña Casa Silva in Chile.

Smoke taint, as it’s called, can still be attractive in a wine—that is, in small doses. So when does smokiness—no matter if it’s gleaned from grape, barrel or forest fire—become off-putting? “[It’s] an attribute if it’s gentle and adds character,” believes Garcia. “When the smokiness dominates all aromas and flavors, then it’s a fault.” As with tannins, acidity, fruit and mouth feel, it’s all about balance.

And if you aren’t sitting by the fireplace with one of these wines but at the dining room table, Geisse partners them with dishes made in a similar vein like smoked salami, Serrano ham or sun-dried meats, smoked trout or salmon and overall hearty, heavy cool weather fare. “These wines tend to have less fruit, more spice and greater volume on the palate, which generates a sense of satiety.”

Wines to try:

2016 Kanonkop Pinotage ($40), with a bold intensity of red plum, red berries, dark chocolate, vanilla and aromatic sweet spice. Drink now or cellar for 5+ years.

2016 Casa Silva Carménère Los Lingues Vineyard ($25), intense aromas of ripe black fruits and wild forest fruits are joined by a balanced palate with good structure, power, sweet and round tannins and flavors of boysenberries and tobacco.

2014 Alcance Gran Reserva Carménère, ($20), which shows black fruits, blueberries and spice on the nose as well as fruit, smoke and spice on the palate, elegant tannins and a powerful finish.

2016 Domaine Clusel-Roch “Les Schistes” Cote Rotie ($40), elegant yet structured, with a complex nose of black fruits, spices and violets that can evolve over time to toasted tobacco.

2015 Domaine Les Aphillanthes Le Cros ($20), this Cotes du Rhône Village AOC wine, though produced farther south than its smoky syrah cousins, still packs many of those rich flavors at a surprising bargain.


Smoke Gets in Your Glass: Red Wines That Have a Whiff of Fireplace

photo by Renate Solhaug via Unsplash

It’s that time of year where we want to build a fire, dig out our cozy socks and curl up under a blanket with a glass of red. Extra points if you uncork one whose characteristics actually mimic those of a fire box or wood burning stove. If your tastes tend to lean towards savory bottles, your rack or cellar is begging for you to discover reds that will see you through the long season ahead.

What do you mean by “smoky” wine?

“A smoky red wine. consists of unique, savory characters,” says Daniel Chaviano, head sommelier at Boulud Sud Miami. “While you can still smell the fruit, there are certain aromas—like bacon, beef. or wood.” Rather than being overtly fruity or jammy, these wines pick up intriguing secondary and tertiary notes that add complexity and nuance.

Where does smoky wine come from?

No varietal and terroir combination is more intrinsically linked to smokiness, says Matt Tunstall, co-owner and beverage director at Stems & Skins in North Charleston, than syrah grown in the Northern Rhône. This is especially true in Cornas, Hermitage and Côte Rôtie, where grapes are grown on soils of schist, mica and granite which also play part in their profile. (The latter appellation translates to “roasted slope,” a reference to the hours of sunshine grapes planted on south facing soils undergo each day during the growing season.) Chaviano agrees on the automatic association with these appellations producing wines evocative of meaty and smoky elements, adding that it was a bottle from Rhône winemaker E. Guigal that stirred him to eschew fruity reds and reach for savory ones instead.

Another varietal with these inherent characteristics is South African pinotage, a cross between pinot noir and cinsault. Kanonkop is one of the most respected producers, and winemaker Abrie Beeslaar says his expression is the perfect transition wine to ease from fall to winter. “Although it is complex and rich, it has a very different structure to most reds.” That hint of smokiness is joined by blackberry, plum and dark chocolate and moderate tannins. “You can taste the African sun in this rich and plush wine, enough to take the winter blues away,” he touts.

Chile’s signature red grape carménère, which originally was vinified in Bordeaux, can also be smoky, a quality that—as with similar varietals—can be exacerbated by choices made in the cellar, says Felipe Garcia, the winemaker for P.S. Garcia in Chile. “High toast barrels impart. typical descriptors like smoke, coffee and tobacco.”

Some European regions located close to volcanic areas—like Etna and Taurasi in Italy or the Greek island of Santorini—can produce wines that give off smokiness, which may be linked to lava remnants in the soil or other terroir-driven factors more difficult to pinpoint.

Of course, environmental reasons like the devastation currently happening in California can play a part, too. “[When] grapes [are] exposed. to a fire or smog, those smells can pass through the grape skins and into the pulp, where they combine with the sugars and turn up in the wines,” explains Mario Geisse, agricultural engineer and enologist and technical director for Viña Casa Silva in Chile.

Smoke taint, as it’s called, can still be attractive in a wine—that is, in small doses. So when does smokiness—no matter if it’s gleaned from grape, barrel or forest fire—become off-putting? “[It’s] an attribute if it’s gentle and adds character,” believes Garcia. “When the smokiness dominates all aromas and flavors, then it’s a fault.” As with tannins, acidity, fruit and mouth feel, it’s all about balance.

And if you aren’t sitting by the fireplace with one of these wines but at the dining room table, Geisse partners them with dishes made in a similar vein like smoked salami, Serrano ham or sun-dried meats, smoked trout or salmon and overall hearty, heavy cool weather fare. “These wines tend to have less fruit, more spice and greater volume on the palate, which generates a sense of satiety.”

Wines to try:

2016 Kanonkop Pinotage ($40), with a bold intensity of red plum, red berries, dark chocolate, vanilla and aromatic sweet spice. Drink now or cellar for 5+ years.

2016 Casa Silva Carménère Los Lingues Vineyard ($25), intense aromas of ripe black fruits and wild forest fruits are joined by a balanced palate with good structure, power, sweet and round tannins and flavors of boysenberries and tobacco.

2014 Alcance Gran Reserva Carménère, ($20), which shows black fruits, blueberries and spice on the nose as well as fruit, smoke and spice on the palate, elegant tannins and a powerful finish.

2016 Domaine Clusel-Roch “Les Schistes” Cote Rotie ($40), elegant yet structured, with a complex nose of black fruits, spices and violets that can evolve over time to toasted tobacco.

2015 Domaine Les Aphillanthes Le Cros ($20), this Cotes du Rhône Village AOC wine, though produced farther south than its smoky syrah cousins, still packs many of those rich flavors at a surprising bargain.


Smoke Gets in Your Glass: Red Wines That Have a Whiff of Fireplace

photo by Renate Solhaug via Unsplash

It’s that time of year where we want to build a fire, dig out our cozy socks and curl up under a blanket with a glass of red. Extra points if you uncork one whose characteristics actually mimic those of a fire box or wood burning stove. If your tastes tend to lean towards savory bottles, your rack or cellar is begging for you to discover reds that will see you through the long season ahead.

What do you mean by “smoky” wine?

“A smoky red wine. consists of unique, savory characters,” says Daniel Chaviano, head sommelier at Boulud Sud Miami. “While you can still smell the fruit, there are certain aromas—like bacon, beef. or wood.” Rather than being overtly fruity or jammy, these wines pick up intriguing secondary and tertiary notes that add complexity and nuance.

Where does smoky wine come from?

No varietal and terroir combination is more intrinsically linked to smokiness, says Matt Tunstall, co-owner and beverage director at Stems & Skins in North Charleston, than syrah grown in the Northern Rhône. This is especially true in Cornas, Hermitage and Côte Rôtie, where grapes are grown on soils of schist, mica and granite which also play part in their profile. (The latter appellation translates to “roasted slope,” a reference to the hours of sunshine grapes planted on south facing soils undergo each day during the growing season.) Chaviano agrees on the automatic association with these appellations producing wines evocative of meaty and smoky elements, adding that it was a bottle from Rhône winemaker E. Guigal that stirred him to eschew fruity reds and reach for savory ones instead.

Another varietal with these inherent characteristics is South African pinotage, a cross between pinot noir and cinsault. Kanonkop is one of the most respected producers, and winemaker Abrie Beeslaar says his expression is the perfect transition wine to ease from fall to winter. “Although it is complex and rich, it has a very different structure to most reds.” That hint of smokiness is joined by blackberry, plum and dark chocolate and moderate tannins. “You can taste the African sun in this rich and plush wine, enough to take the winter blues away,” he touts.

Chile’s signature red grape carménère, which originally was vinified in Bordeaux, can also be smoky, a quality that—as with similar varietals—can be exacerbated by choices made in the cellar, says Felipe Garcia, the winemaker for P.S. Garcia in Chile. “High toast barrels impart. typical descriptors like smoke, coffee and tobacco.”

Some European regions located close to volcanic areas—like Etna and Taurasi in Italy or the Greek island of Santorini—can produce wines that give off smokiness, which may be linked to lava remnants in the soil or other terroir-driven factors more difficult to pinpoint.

Of course, environmental reasons like the devastation currently happening in California can play a part, too. “[When] grapes [are] exposed. to a fire or smog, those smells can pass through the grape skins and into the pulp, where they combine with the sugars and turn up in the wines,” explains Mario Geisse, agricultural engineer and enologist and technical director for Viña Casa Silva in Chile.

Smoke taint, as it’s called, can still be attractive in a wine—that is, in small doses. So when does smokiness—no matter if it’s gleaned from grape, barrel or forest fire—become off-putting? “[It’s] an attribute if it’s gentle and adds character,” believes Garcia. “When the smokiness dominates all aromas and flavors, then it’s a fault.” As with tannins, acidity, fruit and mouth feel, it’s all about balance.

And if you aren’t sitting by the fireplace with one of these wines but at the dining room table, Geisse partners them with dishes made in a similar vein like smoked salami, Serrano ham or sun-dried meats, smoked trout or salmon and overall hearty, heavy cool weather fare. “These wines tend to have less fruit, more spice and greater volume on the palate, which generates a sense of satiety.”

Wines to try:

2016 Kanonkop Pinotage ($40), with a bold intensity of red plum, red berries, dark chocolate, vanilla and aromatic sweet spice. Drink now or cellar for 5+ years.

2016 Casa Silva Carménère Los Lingues Vineyard ($25), intense aromas of ripe black fruits and wild forest fruits are joined by a balanced palate with good structure, power, sweet and round tannins and flavors of boysenberries and tobacco.

2014 Alcance Gran Reserva Carménère, ($20), which shows black fruits, blueberries and spice on the nose as well as fruit, smoke and spice on the palate, elegant tannins and a powerful finish.

2016 Domaine Clusel-Roch “Les Schistes” Cote Rotie ($40), elegant yet structured, with a complex nose of black fruits, spices and violets that can evolve over time to toasted tobacco.

2015 Domaine Les Aphillanthes Le Cros ($20), this Cotes du Rhône Village AOC wine, though produced farther south than its smoky syrah cousins, still packs many of those rich flavors at a surprising bargain.


Smoke Gets in Your Glass: Red Wines That Have a Whiff of Fireplace

photo by Renate Solhaug via Unsplash

It’s that time of year where we want to build a fire, dig out our cozy socks and curl up under a blanket with a glass of red. Extra points if you uncork one whose characteristics actually mimic those of a fire box or wood burning stove. If your tastes tend to lean towards savory bottles, your rack or cellar is begging for you to discover reds that will see you through the long season ahead.

What do you mean by “smoky” wine?

“A smoky red wine. consists of unique, savory characters,” says Daniel Chaviano, head sommelier at Boulud Sud Miami. “While you can still smell the fruit, there are certain aromas—like bacon, beef. or wood.” Rather than being overtly fruity or jammy, these wines pick up intriguing secondary and tertiary notes that add complexity and nuance.

Where does smoky wine come from?

No varietal and terroir combination is more intrinsically linked to smokiness, says Matt Tunstall, co-owner and beverage director at Stems & Skins in North Charleston, than syrah grown in the Northern Rhône. This is especially true in Cornas, Hermitage and Côte Rôtie, where grapes are grown on soils of schist, mica and granite which also play part in their profile. (The latter appellation translates to “roasted slope,” a reference to the hours of sunshine grapes planted on south facing soils undergo each day during the growing season.) Chaviano agrees on the automatic association with these appellations producing wines evocative of meaty and smoky elements, adding that it was a bottle from Rhône winemaker E. Guigal that stirred him to eschew fruity reds and reach for savory ones instead.

Another varietal with these inherent characteristics is South African pinotage, a cross between pinot noir and cinsault. Kanonkop is one of the most respected producers, and winemaker Abrie Beeslaar says his expression is the perfect transition wine to ease from fall to winter. “Although it is complex and rich, it has a very different structure to most reds.” That hint of smokiness is joined by blackberry, plum and dark chocolate and moderate tannins. “You can taste the African sun in this rich and plush wine, enough to take the winter blues away,” he touts.

Chile’s signature red grape carménère, which originally was vinified in Bordeaux, can also be smoky, a quality that—as with similar varietals—can be exacerbated by choices made in the cellar, says Felipe Garcia, the winemaker for P.S. Garcia in Chile. “High toast barrels impart. typical descriptors like smoke, coffee and tobacco.”

Some European regions located close to volcanic areas—like Etna and Taurasi in Italy or the Greek island of Santorini—can produce wines that give off smokiness, which may be linked to lava remnants in the soil or other terroir-driven factors more difficult to pinpoint.

Of course, environmental reasons like the devastation currently happening in California can play a part, too. “[When] grapes [are] exposed. to a fire or smog, those smells can pass through the grape skins and into the pulp, where they combine with the sugars and turn up in the wines,” explains Mario Geisse, agricultural engineer and enologist and technical director for Viña Casa Silva in Chile.

Smoke taint, as it’s called, can still be attractive in a wine—that is, in small doses. So when does smokiness—no matter if it’s gleaned from grape, barrel or forest fire—become off-putting? “[It’s] an attribute if it’s gentle and adds character,” believes Garcia. “When the smokiness dominates all aromas and flavors, then it’s a fault.” As with tannins, acidity, fruit and mouth feel, it’s all about balance.

And if you aren’t sitting by the fireplace with one of these wines but at the dining room table, Geisse partners them with dishes made in a similar vein like smoked salami, Serrano ham or sun-dried meats, smoked trout or salmon and overall hearty, heavy cool weather fare. “These wines tend to have less fruit, more spice and greater volume on the palate, which generates a sense of satiety.”

Wines to try:

2016 Kanonkop Pinotage ($40), with a bold intensity of red plum, red berries, dark chocolate, vanilla and aromatic sweet spice. Drink now or cellar for 5+ years.

2016 Casa Silva Carménère Los Lingues Vineyard ($25), intense aromas of ripe black fruits and wild forest fruits are joined by a balanced palate with good structure, power, sweet and round tannins and flavors of boysenberries and tobacco.

2014 Alcance Gran Reserva Carménère, ($20), which shows black fruits, blueberries and spice on the nose as well as fruit, smoke and spice on the palate, elegant tannins and a powerful finish.

2016 Domaine Clusel-Roch “Les Schistes” Cote Rotie ($40), elegant yet structured, with a complex nose of black fruits, spices and violets that can evolve over time to toasted tobacco.

2015 Domaine Les Aphillanthes Le Cros ($20), this Cotes du Rhône Village AOC wine, though produced farther south than its smoky syrah cousins, still packs many of those rich flavors at a surprising bargain.


Voir la vidéo: Dandurand présente: Ferrari Brut Trento DOC (Novembre 2022).